Fête à Macron – les images !

Le groupe d’action France Insoumise du Pays d’Ancenis a organisé le 5 mai 2018 une fête à Macron symbolique et spectaculaire sur les bords de Loire.

Pour celles et ceux qui n’ont pu nous rejoindre (ou qui étaient à Paris !), voici quelques images et le film de l’événement (tel que publié sur YouTube sur la chaîne « Docteur Phi »), ainsi que le texte du discours prononcé à cette occasion.

 

Texte du discours :

Bonjour à toutes et tous,

Merci à vous d’être venu pour faire aujourd’hui, chacun à sa manière, la fête à Macron.

Souvenez-vous.
Il y a un tout petit peu moins d’un an, le 7 mai 2017, Emmanuel Macron devenait le 8ème président de la Vème République Française.

On a l’impression que ça fait déjà un siècle. Mais c’était il y a un tout petit peu moins d’un an.

Ce jour-là, avec un taux d’abstention comme on n’en avait plus vu depuis 1969, avec une part énorme de votes blancs, avec à peine 44 % des inscrits ayant mis son bulletin dans l’urne, la plupart du temps pour faire barrage à la candidate FN, Macron fut élu président… par défaut.
En citoyen soucieux des valeurs de cette république du peuple que nous a donné la révolution de 1789, Macron décida de célébrer son avènement dans la cour du palais des rois de France, au Louvre, à Paris, dévoilant ainsi son nouveau nom de scène : Jupiter.

Ce jour là, le peuple de France, comme en 2002, fut de nouveau la victime du vote utile, la victime des embrouilles partisanes, la victime aussi du parti-pris de grands medias nationaux appartenant déjà presque tous à des fonds d’investissement détenus par une poignée de milliardaires, copains de Macron.
La victime, enfin et surtout, des avaries profondes d’un appareil démocratique très abîmé, qui en son temps fut taillé sur mesure pour le général de Gaulle et qui, depuis, n’a cessé de montrer la démesure du pouvoir qu’il donne au chef de l’état, l’exonérant de toute responsabilité et de toute comptabilité quant à ses engagements pris envers le peuple.

Souvenez-vous. Avant l’élection, Macron nous a été vendu sur tous les plateaux et affiché sur toutes les unes comme l’homme providentiel, l’homme du renouveau.
Certes, il avait été rapporteur de la commission Attali sous Sarkozy, haut fonctionnaire à l’inspection des finances, associé à la banque d’affaires Rotschild, secrétaire général adjoint de l’Elysée sous Hollande, puis ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique.
Mais ça, on ne le disait pas. Ca fait pas très « homme du renouveau ». Ca fait plutôt « gros requin de la politique à l’ancienne ».

Non, on disait : « Il est jeune ». « Il présente bien ». « Il n’est ni de gauche ni de droite ». « Il va relancer l’entreprise France, faire de nous une « start up nation », et tous ensemble nous allons nous mettre En Marche vers… vers quoi, au juste ?
Des lendemains qui chantent ?

Parce que 2017, c’était hier : nous sommes en 2018, un an après.
Le temps du « lendemain » est donc arrivé. C’est aujourd’hui, maintenant.

Alors, je vous pose la question, on va dire que c’est pour un sondage :
est-ce que les lendemains chantent, pour vous ? Et pour vos parents ? Et pour vos enfants ? Et pour vos amis, vos voisins ?
Après un an passé avec Manu Macron à la présidence, avec tous les pouvoirs à sa disposition, avez-vous l’impression qu’il est plus facile de trouver un bon travail qui paie bien, avec un patron qui vous respecte et qui ne va pas vous licencier comme ça pour vous remplacer par un travailleur détaché qu’il peut payer moins cher ?
Trouvez vous plus simple d’acheter à manger de bonnes choses pour pas trop cher ? Plus facile de se loger sans s’endetter sur 25 ans ? De faire le plein de sa voiture ? De payer la cantine ou la nounou pour vos enfants ? De leur trouver une école, une fac, une formation ?
Et au delà de ça, avez vous l’impression qu’on peut maintenant faire confiance à la classe politique, à l’autorité ?
Avez-vous l’impression que Paris s’occupe bien de vous ? Avez-vous l’impression en apercevant le fond de votre porte-monnaie ou simplement le visage de vos contemporains que vous croisez en sortant de chez vous que ça y est, que tout va mieux, que le plein emploi est de retour, qu’on soigne bien les vieux, qu’il n’y a plus de SDF dans les rues, que la très sainte croissance est là et que tout ça, c’est grâce à Manu ?
Hum.
Y’en a aussi qui pensent qu’il est trop tôt pour recevoir les effets bénéfiques de la politique Macron. Ceux-là, faudrait qu’ils se souviennent que la loi El Khomri qui devait « libérer le travail » et que le CICE qui devait nous donner « un million d’emplois » qu’on attend encore, contre plus de 40 milliards de NOTRE argent déjà versés aux grandes entreprises sous forme de crédit d’impôt, ces lois ont été signées sous Hollande, de la main de Macron ! On a donc eu le temps de voir venir les effets. C’est simple : ça coûte cher et ça marche pas.
Alors peut être que ces gens pensent, comme les Shadoks, que plus ça rate, plus il y a de chances que ça marche…

Mais non, hein… les faits sont têtus. La vraie vie, c’est pas comme un sujet de 30 secondes au journal de TF1. La vraie vie, ça se passe pas comme ça.

En préparant le papier que j’allais vous lire aujourd’hui, j’ai repensé à une chanson que j’aimais bien, du groupe Neg’Marrons. C’est une chanson qui disait : le temps passe et passe et passe et beaucoup de choses ont changé, qui aurait pu s’imaginer que le temps serait si vite écoulé ?

Cette chanson s’appelle « Le bilan ». Alors je vais prendre quelques instants pour « faire le bilan » avec vous aujourd’hui d’un an de présence de Jupiter au sommet de l’Etat, avec tous les pouvoirs à sa disposition, dans notre pays, la France.

L’assemblée nationale n’est plus qu’une coquille vide, un théâtre de l’absurde. Remplie d’une majorité de parlementaires refusant de parlementer, cette assemblée ne contient quasiment aucun représentant issu des milieux populaires, elle est saturée de cadres supérieurs, comme nous tous ici, de dirigeants d’entreprises, comme nous tous ici, de riches et de possédants, d’actionnaires, de pontes de l’administration, comme nous tous ! On est vraiment bien représentés.

L’assemblée est devenue une chambre d’enregistrement des désirs présidentiels.
Les amendements : rejetés. Les débats de fond : proscrits.
Ordonnances, ordonnances, il faut aller vite.

Stratégie du choc, blietzkrieg, on appelle ça comme on veut.
Mais que personne ne vienne dire que le peuple français y a son mot à dire.
Car la présidence, le gouvernement et l’assemblée sont en marche, et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est à marche forcée, et tout y passe.

D’abord, le Code du Travail, passé à la moulinette comme l’espéraient et le réclamaient depuis tant d’années le MEDEF et ses cousins européens, qui ont tous leur rond de serviette chez Jupiter.
Tous précaires, tous sur la corde raide pendant toute sa vie active et même pendant sa retraite, voilà le travail façon Macron.

Après ça, les pauvres, de plus en plus nombreux. Eux, ils voient passer l’immense richesse du cadeau fiscal offert par Macron à ses généreux donateurs.
Sur le papier, la France continue de s’enrichir.
Dans la réalité, cette richesse, tout comme les milliards du CICE et des exonérations fiscales, elle va s’entasser où ?
Dans vos poches ? Dans les miennes ? Non non !
Dans les poches des 1 %, des ultra-riches, de ceux qui ont déjà tellement de fric qu’ils n’en ont pas besoin de plus et qui ne savent plus quoi en faire.
Parce que bon, je ne sais pas pour vous, mais moi je sais comment on devient riche.
Pour être riche, faut gagner plus que ce qu’on dépense. Comme ça, on a de plus en plus de fric.
Du coup, faut vraiment prendre les gens pour des imbéciles à essayer de les convaincre qu’en donnant encore plus d’argent à quelqu’un qui est spécialiste pour tout garder, il va d’un coup se mettre à faire ruisseler le pognon, comme ça.
Gaver les riches et affamer les pauvres, ça c’est l’économie façon Macron.

Encore d’autres qui y passent : les réfugiés. On les appelle « migrants » aujourd’hui.
Moi j’ai grandi à l’époque où on appelait ces gens des réfugiés. Réfugié de guerre, réfugié économique, et bientôt réfugié climatique.
Avez-vous entendu parler de cette loi, adoptée à la majorité par ces députés en marche vers la honte, qui ont validé il y a quelques jours les exigences les plus nauséabondes des groupuscules identitaires en permettant que des enfants, dont le seul tort est d’avoir vu le jour dans des pays en guerre, soient placés en détention, ici, sur notre sol ?
Et si ça ne suffisait pas, pour ceux qui pensent encore qu’une des valeurs humaines qui fait de nous mieux que des robots est de porter secours aux malheureux en détresse, hé bien pour ceux qui aident ces gens, on a inventé en France, dans le pays des Droits de L’homme, un délit de solidarité.
Fermer la porte au nez des malheureux parce qu’ils n’ont pas de papier, les renvoyer derrière les frontières quitte à ce qu’ils en meurent, ça c’est l’accueil façon Macron.

Et la liste continue : tant pis pour les étudiants, qui subiront la sélection, tant pis pour les lycéens, dont le bac ne vaudra que selon la note qu’on attribuera à leur lycée. C’est l’éducation façon Macron.
Tant pis pour la nature, où l’on prétend enfouir de façon sûre des déchets nucléaires dont nous ne savons que faire et qui continueront à s’entasser, puisque le ministre Hulot n’est plus si sûr que ça d’arriver à tenir son objectif de dénucléarisation. Ca, c’est l’écologie façon Macron.
Tant pis pour les projets humains, quant on décide d’envoyer à quelques kilomètres d’ici seulement les bulldozers, les grenades et les matraques pour déloger des zadistes qui avaient déjà libéré les routes, qui élevaient des animaux, qui avaient déposé des projets et qui ne demandaient qu’à rester sur place, gagner leur vie et, n’en déplaise aux plus bornés de nos concitoyens, voulaient régulariser leur situation et payer leurs impôts comme tout le monde. Ca, c’est l’accompagnement des initiatives populaires façon Macron.
Tant pis pour la diplomatie, quand la France devient le bon toutou de l’OTAN et fait du Trump dans le texte en balançant pour quelques millions d’euros de missile au mépris du droit international et de l’ONU que nous prétendons en même temps respecter. Voilà pour la stratégie et la défense façon Macron.

Et on pourrait encore en rajouter, sur les cheminots, sur les hôpitaux, sur les EHPAD. Eteignez votre télé et sortez de chez vous, faites un tour en ville et dans les campagnes : partout autour de vous, vous verrez un peuple qui en a marre qu’on lui confisque son avenir, qui aimerait bien se dire que l’État travaille pour lui et que c’est pas lui qui travaille pour l’État.
Vous verrez un peuple qui en a marre qu’on lui fasse à l’envers, qu’on lui dise qu’il n’est rien, qu’il est fainéant, qu’il est cynique, qu’il n’a qu’à se payer un costard et qu’il devrait avoir envie de devenir millionaire.
Le peuple de France, ici ou ailleurs, a envie de savoir où il va, il a envie de mener sa barque comme il l’entend. Il veut des écoles pour ses enfants, du travail pour ses actifs, une retraite digne pour ses vieux, il veut pouvoir être content d’habiter un pays qui prend d’abord soin de son peuple avant de prendre soin de la finance.
Le peuple de France en a marre que Macron et ses clones lui fassent sa fête.

Alors aujourd’hui, ici à Ancenis, tout comme en ce moment dans la capitale et dans tellement d’autres endroit où le peuple français, avec toutes ses couleurs, avec toutes ses variétés, se retrouve pour le dire ensemble, comme nous, on vient faire sa fête à Macron et son monde, et on va lui rappeler que c’est nous, les citoyens, que c’est nous, le peuple, qui, en France, sommes les patrons.

Dans un instant, je vais laisser la parole à qui veut s’exprimer, et ensuite, juste avant de profiter de ce beau paysage et de pique-niquer dans ce bel équipement public payé et entretenu grâce à nos sous à tous, on va faire un acte symbolique.
Parce qu’on vit à une époque où il faut des symboles et du spectaculaire pour qu’on puisse entendre et relayer la colère des gens.
On va mettre à l’eau la galère Jupiter, chargée de tous ses symboles et de toutes ses belles promesses, et on va bien voir si elle flotte ou si elle prend l’eau.
Si vous voulez, on a des feutres pour écrire dessus votre message à l’attention de notre président, on va faire quelques photos avant de lancer le naufrage, et avec un peu de chance, tout là haut dans sa tour d’ivoire, le p’tit Manu les verra peut être et on espère que ça le fera grincer des dents.

Bonne fête à Macron à toutes et tous,

Courage, résistance et solidarité pour ceux qui luttent,

Et rappelez vous toujours que si vous ne vous occupez pas de la politique, c’est la politique qui s’occupera de vous.

Merci.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.